Plusieurs événements récents dans le monde font penser aux gens que le monde devient de plus en plus violent. On semble être de plus en plus confronté à la haine et la colère sur une échelle mondiale. En réalité il n’y a pas plus de colère qu’avant, mais les émotions dans le monde s’accentuent, deviennent plus visibles, plus prononcées. Aujourd’hui plus rien n’est caché. Cela a ses avantages, il y a par exemple des abus de pouvoir qui se révèlent ou des pratiques malhonnêtes qui sont exposées et nous devenons de plus en plus conscients des conséquences et implications de nos choix de consommation. Nous sortons de notre ignorance béate et nous sommes poussés à assumer ou changer notre comportement selon les informations que nous apprenons ces derniers temps. Cela nous aide à assumer la responsabilité de nos choix et de nos actions.

Et puis il y a le revers de la médaille. Nous sommes également confrontés à une sorte d’exhibitionnisme émotionnel grâce à l’évolution d’internet et les nouveaux moyens de communication de plus en plus direct, et aussi, de plus en plus irréfléchie. Avec le clic d’une sourie nous pouvons manifester notre accord, désaccord, colère, tristesse ou joie à propos de tout ce qui se passe dans ce monde. Après l’ère du « fast food », nous sommes arrivés dans l’ère des « fasts émotions » – les émotions instantanées.

Le confort de l’anonymat et de la distance physique font qu’il y a des personnes qui bravent les ondes dans le seul but de ventiler leur colère et de détruire ou attaquer leurs « opposants ». C’est facile, nous n’avons personne en face de nous, donc nous pouvons dire ce que nous voulons sans conséquence, n’est-ce pas ? Sauf que nos actions ont toujours des conséquences, il n’existe pas d’actions sans conséquences, positives ou négatives. La personne qui reçoit vos attaques, même si elle ne vous fait pas part de leurs répercussions, peut développer une dépression, peut développer d’énormes problèmes d’estime de soi qui vont l’empêcher à rentrer en contact avec les autres, qui vont l’isoler et l’enfoncer dans des pensées et comportements toxiques et dans certains cas extrêmes, le coup de gueule ou la « blague » sur laquelle vous n’avez pas vraiment réfléchi, peut même être la goûte de trop qui fait que la personne décide de terminer sa vie. Dans tous les cas, toutes les parties sont perdantes, car même si votre agressivité n’affecte pas l’autre personne personnellement, c’est le meilleur moyen pour empêcher un dialogue constructif d’avoir lieu et faire sauter les ponts.

Pareil pour des mails haineux qui sont envoyés dans le clic d’une sourie. C’est un peu comme si vous envoyiez une bombe à retardement, vous avez appuyé sur le bouton, mais vous ne serez pas là pour voir la destruction que causent vos mots. Vous lâchez la bombe et puis votre bombardier fait demi-tour pour rentrer dans la sécurité de son petit cocon. Vous avez dit ce que vous vouliez, vous vous êtes vengés et vous vous en foutez des victimes que vous faites. Sauf que, la bombe doit bien exploser quelque part, et des blessés, il y en aura. Soit il y aura de grandes destructions chez la personne qui était sensée la recevoir, soit la personne ne se sent pas concerné par vos propos et n’accuse pas réception et alors la bombe vous revient provoquant des dégâts dans votre propre camp.

Cela ne veut pas dire que vous ne pouvez plus jamais être en colère, parfois votre colère est même entièrement justifiée. Peut-être qu’il y a des gens qui vous ont manqué du respect, qui vous ont intentionnellement fait du mal ou qui ont été malhonnêtes ou injustes envers vous.
Tout d’abord : vous n’êtes pas responsable du comportement d’autres personnes et vous ne pouvez rien y changer. Vous ne connaissez pas les raisons pourquoi une personne se met en colère et ce n’est pas votre devoir de savoir pourquoi, vous ne pouvez pas rentrer dans la tête de l’autre et leurs sentiments leur appartiennent.

Par contre, vous êtes entièrement responsable de la façon dont vous réagissez aux attaques que vous recevez ou percevez et aux événements qui vous mettent en colère et votre comportement et réaction va même en très grande partie déterminer comment cette « attaque », ou événement que vous ressentez comme étant néfaste, vous affecte.

Oui, vous pourriez déclencher une guerre, vous engagez dans un ping-pong de mots blessants ponctués par des points d’exclamation avec vos opposants, eh oui vous pouvez réagir à des propos odieux qui vous sont adressés en essayant d’être encore plus cassant. Mais à qui et à quoi ça sert ? Combien de fois avez-vous réussi à convaincre une autre personne de son tort en réagissant ainsi ? Je parie que ce n’est pas très souvent. Et quand vous aviez réussi, combien de temps et d’énergie avez-vous dépensé en ce faisant ? Vous n’aviez réellement pas de choses plus importantes à faire ? Vous n’avez de projets, de rêves qui nécessitent votre attention et votre temps ?

“ L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité, seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine, seul l’amour le peut.”, comme disait Martin Luther King.

Ce que cela veut dire c’est que réagir avec colère à la colère ne fait que l’amplifier. Vous versez de l’huile sur le feu. Il n’y a que l’amour, la compassion et la compréhension qui peuvent éteindre la colère et la haine.
D’accord, peut-être que réagir avec amour quand vous êtes attaqués est un peu beaucoup à demander, mais au moins ne réagissez pas. Il y a un autre proverbe qui dit « Si quelqu’un te frappe sur la joue gauche, tends-lui aussi l’autre ». Cette expression est souvent mal comprise. Cela ne veut dans aucun cas dire se laisser faire ou subir la situation. Cette expression veut dire que vous n’alimentez tout simplement pas la bataille, vous vous désengagez de la violence. Par amour pour l’autre, si vous en êtes capable, et au moins par amour de vous-même. Gardez l’honneur à vous-même, respectez-vous en restant au-dessus du marais de la négativité.

D’un point de vue spirituel, votre âme et votre « soi supérieur » cherchent toujours à maintenir leur équilibre et à vous maintenir dans la vibration la plus haute qui est accessible à vous. Vous maintenez votre équilibre et votre alignement en laissant la paix régner à l’intérieur de vous. Vous vous déstabilisez en cédant à la peur, à la colère ou la tristesse. De nouveau, cela ne veut pas dire que vous ne pouvez pas ressentir ces émotions, mais vous ne pouvez pas les laisser dicter vos mots ni vos actions. Vos émotions ne sont pas « vous », ce ne sont que des nuages qui passent au-dessus du lac qui est « vous ». Vous avez donc personnellement tout à gagner en restant dans l’amour et la compréhension.
La personne qui est en colère contre vous est dans une vibration beaucoup plus basse que la vôtre et quand vous vous laissez entraîner dans la colère également, vous laissez l’autre personne impacter votre état d’être en baissant votre vibration. Nous avons besoin de nous élever au-dessus de ces vibrations et de ce genre de comportement. Élevez-vous au-dessus de votre personne et de votre ego qui se sent blessé si vous en êtes capable. L’autre personne peut être en incapacité de le faire pour un nombre infini de possibilités qui peuvent être des blessures trop profondes, une incapacité à s’assumer ou à assumer la réalité, etc. Si quelqu’un est incapable de sortir de sa colère, c’est que cette personne est dans une position d’impuissance et est incapable pour l’instant d’agir depuis son âme. Ou parfois, une personne est tellement en détresse intérieurement, qu’ils cherchent (inconsciemment) à faire mal aux autres et ainsi répandre la détresse autour d’eux pour ne pas être seul. Ça ne sert à rien d’enfoncer la personne encore plus en prouvant que vous êtes plus forts. Agissez depuis un perspectif d’âme en lieu qu’un perspectif d’ego. Votre âme aspire toujours à la paix.

À chaque fois que nous envoyons de la colère envers une personne ou envers un organisme ou que nous prenons revanche sur quelqu’un, aussi justifié que la cause de notre colère puisse être, nous faisons qu’envenimer la société et noircir le monde.

En lieu de ça, nous pouvons mettre tout cet effort et tout ce temps que nous mettons en attaquant les autres dans la construction d’un meilleur monde, nous pouvons envoyer des mots de gentillesse aux autres, nous pouvons attirer l’attention sur ce qu’on aime, sur ce qu’il y a de beau dans le monde et nous pourrons ainsi aider à soutenir et construire les gens et le monde.

Il y a une leçon fondamentale que j’ai apprise de ma rencontre avec les dauphins roses en Amazonie et c’est celle-ci : à chaque fois que nous blessons intentionnellement quelqu’un d’autre, notre propre cœur reçoit la vraie blessure. C’est notre cœur qui s’endurcit, qui reçoit des trous. À chaque fois que nous sommes méchants avec quelqu’un, nous nous éloignons de notre cœur et de notre essence divine. La colère ne trouve pas seulement son origine dans l’impuissance, mais fait alors aussi grandir notre impuissance en nous éloignant de nous-mêmes.

Chaque moment et événement dans la vie nous propose un choix et nous avons toujours le choix d’agir dans le meilleur intérêt de toutes les parties concernées, nous avons toujours le choix d’agir pour le bien commun. Alors oui, ça peut prendre un peu d’effort au début, de ne pas réagir, de ne pas accuser réception de la colère de l’autre, mais ça devient de plus en plus facile et même, de plus en plus essentiel dans un monde d’émotions instantanées ». À force de cultiver la douceur et la gentillesse, j’ai compris que ce que je faisais au final, c’était cultiver mon propre bonheur.