Nettoyage du colon, comment ? Simple, naturel … et gratuit

Nettoyage du colon, comment ? Simple, naturel … et gratuit

Quel est le moyen le plus efficace, le plus simple, le plus naturel et le moins cher de retrouver/conserver sa santé ?

Nous avons vu l’importance du nettoyage du colon dans un précédent article. En effet, si des matières non digérées se déposent sur les parois de nos intestins et se décomposent, elles produisent des toxines, favorisent la croissance de champignons (Candida), et empêchent une absorption correcte des nutriments. Les aliments comme la viande rouge, les céréales contenant du gluten (surtout la fariné de blé et les pâtes de blé industrielles raffinées), les légumineuses, le lait et ses dérivés, le sucre raffiné et produits associés, favorisent une digestion incomplète et la prolifération de toxines.

C’est la base de nombreuses maladies et dysfonctionnement digestif. Heureusement, il existe une technique simple pour se nettoyer soi-même le colon.

Laghoo Shankhaprakshalana: Nettoyage du colon (Technique courte)

C’est la version courte de la pratique complète (shankaprakshalana). C’est sans doute le meilleur remède (gratuit) contre la constipation chronique. Les effets sont moins profonds que ceux de la méthode longue, mais comme Laghoo peut être réalisée tous les jours, les effets s’accumulent, et le résultat est une lente, mais progressive montée de l’énergie, de la pureté du corps et de l’esprit, et de la santé en général.

On peut l’utiliser lors d’une cure du foie ou simplement pour se purifier.

Elle fait partie des SHATKARMA ou TECHNIQUES DE PURIFICATION POUR LE CORPS ET LE MENTAL.

Étymologie: En Sanskrit Shat = six ; Karma = action Les shatkarma consistent de ce fait en un groupe de 6 actions purificatrices.

Shankhaprakshalana nettoie tout le système digestif et enlève les impuretés qui se sont attachées aux parois intestinales au fil des années.

En même temps, cette technique donne au système digestif une chance de se reposer, peut être pour la première fois depuis très longtemps. Il y a rééquilibrage de tout l’appareil digestif, et cela inclut la sécrétion naturelle d’acide, de bases, d’enzymes, de protéines, etc.…

Laghoo shankhaprakshalana, nettoyage intestinal court, a les mêmes effets, désincrustant lentement les particules et la saleté accumulées sur les membranes humides et qui empêchent la sécrétion et l’absorption de nutriments.

Les restrictions alimentaires après la pratique aident également à rééquilibrer le système.
Pendant ce temps, le processus de purification initié par l’eau salée continue de la même manière que durant un jeûne: l’élimination est plus rapide que l’absorption. Après shankhaprakshalana vous vous sentez très léger, et beaucoup témoignent d’une altération de la conscience.

Cela est du à la combinaison de 2 facteurs :

Le cheminement de l’eau dans le système digestif et vers l’anus.
Les différentes postures (asanas) réalisées durant la pratique, qui stimulent les chakras de la colonne vertébrale.

Cela provoque une évacuation de la constipation mentale inconsciente, et aussi de la constipation physique. En nettoyant le corps, nous nettoyons aussi l’esprit, il y a vraiment un changement dans notre niveau de sensibilité, car cette pratique provoque une altération de notre conscience cellulaire.

Shankhaprakshalana est hautement recommandée pour les personnes souffrant de constipation, de gaz, d’acidité, d’indigestion et de beaucoup d’autres maladies.

La pratique doit se faire le matin dès le lever, avec un estomac vide.

Lavage intestinal court, mode opératoire

Cette technique peut requérir au début le concours d’une personne compétente qui l’a déjà pratiquée plusieurs fois.
Vous pouvez ressentir une gêne, des nausées ou des douleurs abdominales si vos intestins sont fortement bouchés.

1) Buvez 2 grands verres d’eau salée (minimum 33cl) chaude (pas trop, il faut pouvoir y tremper son doigt sans gêne) aussi vite que possible.

Eau salée: 1 càc de sel / 0.5L d’eau chaude. L’eau doit goûter comme un bon bouillon, pas plus salée, pas moins salée.
Prenez exclusivement du sel de mer non-raffiné, du sel de roche (sel rose de l’Himalaya, sel noir d’Hawai, …)

Ensuite, effectuez chacune de ces 5 postures 8 fois:

  • Tadasana,
  • Tiryaka tadasana,
  • Kati chakrasana
  • Tiryaka bhujangasana
  • Udarakarshanasana

Ces asanas sont décrites complètement en fin d’article. Ces postures aident au relâchement des sphincters du système digestif et permettent à l’eau de circuler librement et rapidement vers l’anus pour élimination.

2) Buvez 2 autres verres d’eau salée et répétez les 5 asanas, à nouveau 8 fois chacune.

3) Buvez 2 autres verres d’eau salée et pour la 3ème fois, répétez les 5 asanas, à nouveau 8 fois chacune.

Après la 3ème fois, allez à la toilette et essayez d’évacuer les selles. Détendez-vous.
Ne stressez surtout pas. Attendez l’évacuation des selles mêlées à l’eau.
En général, il y a un mouvement des selles accompagné d’une urination abondante.

4) Si vous sentez que vous avez besoin d’une séance supplémentaire pour arriver à éliminer, buvez 2 autres verres d’eau salée et pour la 4ème fois, répétez les 5 asanas, à nouveau 8 fois chacune.

Astuce: Massez-vous le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre pour aider l’eau à sortir.

Fréquence: A des fins thérapeutiques, Laghoo peut être réalisée tous les jours pendant une durée limitée, sous la supervision d’un expert. Sinon, une fois à deux fois par semaine est suffisante.

Repos: Reposez-vous pendant 30 minutes après Laghoo.

Contre-indications: Les personnes souffrant d’un problème médical sérieux devraient consulter un thérapeute du yoga qualifié avant d’essayer shankhaprakshalana, en particulier celles suivant un traitement médicamenteux. Cette pratique doit être évitée durant la grossesse. Ceux qui souffrent d’amibiase (maladie infectieuse), d’ulcères, d’hypertension, de faiblesse cardiaque ou qui sont affaiblis ne devraient pas tenter cette pratique.

Restrictions alimentaires:

Elles sont nécessaires jusqu’au lendemain après avoir effectué laghoo shankhaprakshalana.

À éviter absolument:

Nourritures chimiquement altérées : préemballés, boissons sucrées gazeuses ou plates (soda, coca), conserves, surgelés, sauces, soupes en cartons, chips, bonbons, crème glacée, aliments à conservation prolongée en général, etc.
Nourritures non- végétariennes (pas de viande) ou acides.
Lait, yoghourt, babeurre, fruits acides comme les citrons, les oranges, les pamplemousses et les kiwis.
L’alcool, la cigarette, les drogues, le thé, le café et autres excitants (comme le Red Bull).
Boire glacé, boire de grandes quantités de liquide pendant les repas (il faut boire tiède, un peu pendant un repas, en plus grande quantité au moins 1h avant ou 1h après les repas).

Conseil: Allez à la toilette dès que le besoin s’en fait sentir même au milieu d’une série de postures.
Vous reprendrez votre cycle après évacuation des selles. Sinon,… un accident est vite arrivé.

1) TADASANA (posture du palmier)

tadasanaMettez-vous debout, les pieds écartés d’environ 10cm et les bras le long du corps.
Levez les bras par-dessus la tête, croisez les doigts, paumes vers le ciel, et placez les mains sur le sommet du crâne.
Gardez le regard fixé sur un point du mur situé un peu au-dessus du niveau des yeux. Inspirez et étirez les bras, les épaules et le torse vers le haut. Levez les talons et restez en équilibre sur les orteils. Étirez tout le corps, en retenant votre respiration et en gardant la position quelques secondes. Baissez les talons en expirant et ramenez les mains au sommet du crâne. Ceci constitue un cycle complet. Faites 8 cycles. Comment respirer: synchronisez votre respiration avec la montée et la descente des bras. Variante: Tadasana peut aussi être accompli en regardant vers les mains entrecroisées. Les doigts peuvent également être croisés de sorte que les paumes soient dirigées vers le bas.

2) TIRYAKA TADASANA (posture du palmier qui se plie)

tiryaka_tadasanaMettez-vous debout, les pieds écartés d’environ 60cm. Fixez votre regard sur un point droit devant. Croisez les doigts, paumes vers l’extérieur. Inspirez et levez les bras au-dessus de la tête. Pendant l’expiration, penchez-vous sur le côté gauche à partir de la taille. Ne vous penchez pas en avant ou en arrière, gardez le tronc droit. Gardez la position quelques secondes en retenant votre souffle avant d’inspirer.. Inspirez et revenez à la position verticale. Répétez du côté droit. Expirez et ramenez les bras le long du corps. Ceci constitue un cycle complet. Faites 8 cycles. Variante: Les doigts peuvent aussi être croisés de sorte que les paumes soient dirigées vers le bas.

3) KATI CHAKRASANA (rotation de la taille)

kati_chakrasanaMettez-vous debout, les pieds écartés d’environ 50cm, les bras le long du corps. Inspirez profondément en levant les bras à hauteur des épaules (le bout des doigts touchant les épaules). Expirez et tournez le corps vers la gauche. Portez la main droite à l’épaule gauche et enroulez le bras gauche vers l’arrière, du côté droit de la taille, aussi loin que vous pouvez. Regardez par-dessus l’épaule gauche en tournant autant que possible, et en gardant le cou et la tête droits. Retenez votre respiration pendant 2 secondes et accentuez la torsion. Inspirez et revenez à la position de départ. Répétez de l’autre côté pour compléter un cycle. Gardez les pieds bien fermes sur le sol pendant la torsion de la taille. Faites 8 cycles. Note pratique: Cette asana peut être réalisée de manière plus dynamique en balançant rythmiquement les bras de droite à gauche, sans synchroniser les mouvements et la respiration.

4) TIRYAKA BHUJANGASANA (posture du cobra retourné)

tiryaka_bhujangasanaPrenez la position finale de la posture du Cobra (voir Posture additionnelle), les jambes écartées de 50cm environ. Appuyez-vous sur les orteils, le regard droit devant. Tournez la tête et la partie supérieure du tronc et regardez par-dessus votre épaule gauche. Fixez le talon du pied droit. Dans la position finale, les bras restent droits ou légèrement pliés, tandis que les épaules et le tronc sont tordus. Essayez de ressentir l’étirement diagonal de l’abdomen. Relaxez-vous et gardez le nombril aussi près du sol que possible. Restez dans la pose finale pendant quelques secondes. Ramenez la tête et le tronc vers l’avant et répétez la manœuvre du côté droit, sans abaisser le tronc. Revenez au centre et abaissez lentement votre corps vers le sol. Ceci constitue un cycle complet. Faites 8 cycles. Comment respirer: Inspirez tandis que le tronc se lève. Retenez la respiration pendant que vous vous retournez à gauche, puis à droite. Expirez quand le tronc s’abaisse à nouveau vers le sol.

5) UDARAKARSHANASANA (étirement abdomibal)

udarakarshanasanaAccroupissez-vous, avec les pieds écartés et les mains sur les genoux. Inspirez profondément. Expirez, en amenant le genou droit près du pied gauche. Poussez le genou gauche vers la droite (avec la main gauche), tout en vous tordant vers la gauche. Gardez l’intérieur du pied droit au sol. Essayez d’étirer la partie inférieure de l’abdomen grâce à la pression sur les cuisses. Regardez par-dessus l’épaule gauche. Retenez votre respiration pendant 3 à 5 secondes dans la posture finale. Inspirez en revenant à la position de départ. Répétez de l’autre côté pour compléter un cycle. Faites 8 cycles.

By | 2016-11-29T08:07:35+00:00 16 juin 2015|Santé|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire