Réhabiliter Méduse

Réhabiliter Méduse

J’ai rencontré Méduse à Istanbul. On s’est regardé, les yeux dans les yeux, dans la citerne basilique et je ne me suis pas pétrifiée à son regard, même si elle a laissé une sacrée impression.
Istanbul est une ville majestueuse qui abrite quelques sites et bâtiments magnifiques et la plus intrigante entre eux est la citerne basilique, un énorme bassin pour rassembler l’eau, dans le coeur de la ville, en face de la célèbre Mosquée Sainte Sophie.

Les visiteurs se taisent dès qu’ils rentrent dans cette demeure souterraine, par peur de déranger la paix, comme si le fait de perturber la paix pourrait possiblement avoir des conséquences désastreuses. L’endroit est d’une beauté un peu sinistre et respire le mystère. Des carpes nagent paisiblement entre les colonnes monumentales qui s’élèvent au-dessus de l’eau et le fond scintille à cause des centaines de pièces de monnaie qui ont été jetées dedans par des gens qui espèrent ainsi attirer l’abondance.

p11609171-226x300La citerne a quelques particularités comme la colonne qui pleure. La colonne a obtenu son nom grâce à ses gravures qui ressemblent des larmes à l’envers.
L’origine ou l’intention de cette colonne ne sont pas vraiment connues, mais les gravures évoquent des plumes de paon, qui pourraient symboliser la royauté ou faire référence à les plumes du phénix. La construction de la citerne avait été mandatée par l’empereur byzantin Justinien et l’impératrice Theodora, au même moment de la construction de la basilique Hagia Sophia, et inaugurait la renaissance de la ville de Constantinople à la suite des émeutes de Nika en 432 de notre ère.

Un autre élément qui m’avait interpellé sont les têtes de Méduse qui sont placées dans une partie inférieure de la citerne. Les têtes étaient complètement submergées à l’origine et le positionnement des têtes est particulier au moins: une tête est mise sur son côté et l’autre est complètement inversée. Comme si les bâtisseurs, ou au moins les gens derrière la construction de la citerne, voulaient détourner et désamorcer l’énergie de Méduse. L’image me laissait avec une impression de tristesse et de nostalgie. Je me demandais ce qu’ils craignaient….
Qui est Méduse et quelle est son histoire?

Comme la plupart des mythes et légendes, il y a plusieurs versions et Méduse aussi prend différentes formes et significations, dépendant de l’auteur ou la personne qui interprète la légende. Méduse était ou une des Gorgones et déjà hideuse ou une belle jeune fille qui faisait le culte d’Athena. Un jour, pendant qu’elle honorait Athena dans un des temples dédiés à elle, elle a attiré l’attention de Poseidon, et selon la version ils ont fait l’amour ou elle a été violée par Poseidon. Athena, indignée par l’insulte envers son sanctuaire, a mis une malédiction sur Medusa qui l’a transformé en monstre affreux avec le regard pétrifiant, l’empêchant ainsi très efficacement d’avoir encore des contacts avec le gendre masculin. Un beau matin, Méduse, dorénavant condamnée à une vie en solitude à la fin de la terre, reçoit la visite du héros grec Persée qui lui a coupé la tête pour l’offrir à la déesse Athena qui l’a tout de suite attaché à l’Égide, son bouclier ou armure de bataille, comme s’il s’agissait d’un trophée. Dans le processus de couper la tête de Méduse, 2 goûtes de sang ont été versé sur la terre et de ces gouttes de sang sont nés les enfants de Méduse et Poseidon: Chrysaor, le géant avec le poignard doré et Pégase, le cheval ailé.
Quand on regarde le mythe de Méduse comme une métaphore, son histoire est intéressante et révélatrice.

Personne n’est sûr d’où vient exactement la figure de Méduse et il semble qu’elle serait une relique païenne qui a été dans la mythologie grecque. Méduse avec ces cheveux de serpents nous fait penser à les déesses de fertilité, invoquant l’énergie kundalini qui se lève depuis la terre, entrelaçant tous les centres énergétiques, nous permettant de grimper l’échelle intérieure de connaissance divine et nous ouvrant à notre être universel. Des images de déesses qui ressemblent à Méduse ont été retrouvées dans des sociétés matriarcales en Libye, où elles représentaient la mère terre, donnant accès à la connaissance divine grâce à une étroite connexion à la terre.

p11607601L’histoire de Méduse est surtout une histoire d’abus. Elle n’a pas survécu très longtemps dans la tradition de la mythologie grecque, elle a persisté un peu plus longtemps, uniquement pour être violée, diabolisée et puis tuée assez rapidement. Poseidon l’a d’abord violé dans le temple d’Athena, Persée l’a tué pour obtenir des récompenses et Athena a ensuite utilisé son pourvoir pour sa propre glorification.

Le mot Méduse vient du mot Metis qui veut dire connaissance ou sagesse divine. Ce qui est intéressant est que Metis est aussi le nome de la mère d’Athena, la femme qui a été fécondée par Zeus et puis avalée par lui parce qu’il avait peur que Metis (la sagesse divine) gagne plus d’importance et de puissance que lui-même. Son plan s’est retourné contre lui d’une certaine façon, car en avalant une Metis enceinte, il a été forcé de se faire fendre la tête quelques mois plus tard, après une période de migraines sévères, pour donner naissance à Athena qui est née avec son armure de bataille.

C’est intéressant, parce que ça veut dire qu’Athena, qui n’est pas née par voie naturelle, mais qui a jailli de la tête de son dieu et père, ou le mental et l’imagination du masculin, tue sa mère une deuxième fois en assistant Persée dans le meurtre de Méduse (Metis). Athena représente une nouvelle forme de féminité, une qui abandonne toute connexion à la terre et la sagesse de la terre, un féminin qui est asexuel (Athena était une déesse vierge), qui souscrit des valeurs masculines tels la justice à la main de fer et l’intellect qui domine l’intuition et qui suit ou soutient le masculin, en lieu d’occuper sa propre place. Elle demande la mort de la déesse de la terre et ainsi le féminin est tué 2 fois: une première fois par le patriarcat masculin et puis une deuxième fois par le féminin masculinisé. Avec ce geste la déesse est bannie de la terre et projetée dans les cieux.

Le message est clair: la connaissance divine n’est pas accessible pour les humains et chaque homme qui tenterait y accéder sera pétrifié et perdra sa vie en conséquence.
Le mythe de Méduse est un mythe de la création. Méduse, la terre, fertilisée par Poseidon, l’eau donne naissance à Chrysaor, le géant avec le poignard doré qui symbolise le soleil ou le feu et la puissance qui fait grandir (la fertilité); Pégase, le cheval ailé symbolise l’élément air et est une représentation de la poésie, la beauté et la magie, des valeurs féminines qui se sont envolées du plan terrestre depuis le meurtre du féminin, cherchant un refuge dans notre imagination. Pégase qui protège les sources et fontaines sacrées, les lieux où on puisse encore facilement se connecter à l’inspiration du féminin sacré.

Depuis Athena, la matière et toute chose terrestre ont perdu leur étincelle divine. Les gens ont arrêté de chercher le divin sur terre, croyant que tout ce qui vient de la terre est « mauvais », eux-mêmes inclus. Ils ont commencé à voir leur existence sur la terre comme une punition, créant ainsi un monde dans lequel l’esprit prévaut et la matière est négligée. Depuis la mort de Méduse nos yeux sont dirigés vers les cieux, ignorant ce qui se passait autour de nous, incapable de détecter la divinité tout autour de nous et incapable de trouver notre étincelle divine, car elle se trouve à l’intérieur de nous.

p11609181De manière injuste, Méduse a été interprété et utilisé comme un symbole de la rage féminine, tandis qu’elle représente surtout le féminin supprimé et le serpent est devenu le symbole pour la connaissance interdite et la sexualité interdite. En réalité, ce n’est pas en regardant Méduse, mais en l’ignorant que nous avons collectivement été pétrifiés et oubliés notre humanité.

Dans cette optique, nous pouvons aussi relater le mythe grec de Méduse à la descente aux enfers biblique, les portes de la divinité qui ont été fermées à nous du moment que nous avions créé le premier déséquilibre. Le viol de Méduse par Poseidon symbolise le Déluge en cette instance: la recouverte d’une grande partie de la terre par l’eau. Cet acte de violence symbolise l’inondation d’Atlantide, l’inondation d’un état de conscience évolué et l’état d’oubli qui en suivait.

Méduse a été tourné à l’envers très efficacement, ainsi que le féminin sacré, les valeurs féminines et la totalité de l’humanité. Les femmes ont commencé à se comporter comme des hommes, elles ont commencé à imiter Athena avec son armure de bataille et ont ainsi contribué à la suppression des valeurs féminines. Les femmes ont supprimé leur sexualité, comme la déesse vierge Athena et ont participé activement au meurtre du féminin. Méduse est surtout un symbole de la perversion des valeurs féminines et de la création d’un déséquilibre majeur. Sa mort a établi une vision du monde orienté vers l’esprit qui a créé une race humaine qui porte les traces et souffre les conséquences de siècles de négligence d’une partie de son identité.

Nous sommes tout juste en train de réhabiliter Méduse, nous avons commencé à redonner naissance à la déesse de la terre et à lui redonner sa juste place ici sur terre. Nous commençons à comprendre le féminin et la nature duelle de notre réalité et à respecter la terre et notre environnement naturel. Ainsi, petit à petit, nous sommes collectivement en train de redevenir entiers.

By | 2016-11-22T22:29:40+00:00 1 avril 2016|Moyen Orient, Revelation, Voyage|0 Comments

About the Author:

Tisseuse d'inspirations et de rêves, je crée des étincelles et connexions entre le monde intérieur et les perceptions extérieures, entre esprit, âme et corps. Les fils rouges de mon tapis multicolore sont le chemin du féminin sacré et la quête de l'harmonie avec comme principaux motifs l'émerveillement, la magie et la simplicité.

Laisser un commentaire