Vous voulez me pendre

Vous voulez me pendre

Souvent on m’appelle JB au lieu de Jean-Baptiste. Il y a quelque chose de plus sympa et mignon dans les diminutifs. Ça part d’un bon sentiment.

J’ai pris conscience de plusieurs choses il y a quelques temps en apprenant la connaissance du langages des oiseaux. Depuis, j’aime l’utiliser. Je vois ou plutôt j’entends les chose de façon vraiment différente.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce langage, cela consiste à donner un sens autre à des mots ou à une phrase, généralement par un jeu de sonorités. On peut y voir une analogie avec une dimension aérienne puisqu’au final elle consiste à faire « décoller » le son, à l’entendre plutôt qu’à le lire. Il s’agit donc de ne plus se fier à l’« écrit », mais aux « cris », entendus ceux des oiseaux, des mots chantés donc.

L’exemple suivant permet d’en comprendre le principe :
« Vois si un mets sage se crée, dit sans les mots »
« Voici un message secret disant les mots ».

Dans le langage des oiseaux, en m’appelant JB, on peut aussi entendre GIBET, potence où l’on exécute ceux qui sont condamnés à être pendus. Et ce qui est amusant, c’est que c’est ce chakra de la gorge a été longtemps l’un de mes points faibles. Un jour en oeuvrant dessus, j’ai finalement entendu JB [GIBET] ! Ça m’a fait froid dans le dos.

Qui aime bien, châtie bien, dis t’on !

Et vous, comment appelez-vous vos proches, vos enfants, votre conjoint, vos amis ? Les mots sont des énergies et créent la réalité, celles que nous souhaitons. Il est essentiel d’y penser avant d’utiliser des petits noms, diminutifs [on peut lire aussi diminuer] etc… Les prénoms que nous portons, ne sont pas choisis au hasard et semblent donner une impulsion ou un sens à notre vie.

By | 2016-12-13T17:53:57+00:00 14 août 2013|Inspiration|0 Comments

About the Author:

Laisser un commentaire